Show/ Moh Kouyaté se produit au CCFG le 23 février 2018

Le 23 février 2018, le CCFG  vibrera aux riffs de la guitare du chanteur guitariste et balafoniste Moh Kouyaté qui n’est plus à présenter sur la scène internationale. tant il représente la Guinéen sur les scènes les plus prestigieuses du monde.

Après le show dédicace de son nouvel album  »Fé Toki » traduit du Sousou,  »la façon de voir ou d’observer » au New Morning le 24 novembre 2017 à Paris,  Moh Kouyaté compte livrer une copie propre de son spectacle accompagné par le groupe  »Conakry Cocktail » dont il est le géniteur.

A n’en pas douter, ce spectacle tant attendu comblera toutes les attentes, car Moh Kouyaté, désormais, grand maître de la guitare, y mettra toute son énergie pour que ses fans sortent de la salle tonifiés.

Biographie de Moh Kouyaté.

Citoyen du monde par son statut de musicien et Parisien de cœur, Moh ! Kouyaté partage sa vision d’une nouvelle Afrique. Dans Fé toki, l’art du continent dont se nourrit son œuvre est connecté à toute la planète. Il en a l’expérience par ses tournées américaines, européennes : sa musique a le don de passer les messages.

Sur ce nouvel album, la guitare volubile de Moh ! Kouyaté visite un foisonnement de styles. Riffs soukouss sur “Dobagna”, solo ndombolo sur “N’deymayo” : les danseurs sur la piste bondissent en mode congolais. Les mélodies spacieuses de Nenouna, en hommage aux héros qui ont œuvré ou se sont sacrifiés afin d’améliorer la vie de millions d’Africains, prennent l’ampleur du rock symphonique. Pourtant, pas d’inquiétude, c’est bien à Conakry, capitale cosmopolite, que le chanteur puise la sève de son inspiration. Chantées en soussou, en malinké, en diakhanké, trois langues alimentant la riche culture de sa ville natale, les créations de Moh ! prolongent l’épopée des musiques de Guinée. Elles suivent les voies ouvertes par Sékou “Bembeya” Diabaté dit “Diamond Fingers” ou autres Sekouba Bambino.

Les accords envoutants de “Fé Toki” suivent la trace du blues mandingue. Depuis les rives du Niger jusqu’au delta du Mississippi, le destin rédempteur de ce genre devenu universel rend leur voix aux descendants d’Afrique libérés. Moh ! a fait le parcours, du Sud au Nord des Etats-Unis. Témoin des traces laissées par la ségrégation, il renforce son lien à la musique afro-américaine qui s’impose aujourd’hui à la culture mondiale. Le retour à l’Afrique sonne comme une évidence !

Voyage au cœur de la culture mandingue, “Maouyama” retrouve la noblesse d’un art mûri durant sept siècles. Avec Tala, l’association guitare / n’goni, subtile et pointilliste, rend plus urgentes encore les solutions qu’il s’agit d’apporter aux migrants en quête d’une terre d’accueil. Même s’il s’inspire de la rumeur du monde, Moh ! Kouyaté ne se départ jamais de la sagesse du djéli, dont la fonction transmise dans les familles sert à unir la société mandingue en l’irriguant d’informations.

Les messages de Fé toki montrent que tout est question de point de vue dans notre monde globalisé. Travail, partage, réussite ou racontars, laissons la relativité guider notre jugement, notre action s’orienter à des fins positives. Moh ! Kouyaté nous livre des paroles sans ambigüité tout en nous régalant de sa belle musique.

François Bensignor

49 Visite Totale 1 Visite Aujourd\'hui

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protected by WP Anti Spam