Edito de Marco Ibrahim/ Quand on aime la Guinée, on doit aimer la paix !

 L’amour de la Guinée exige la paix. La paix est la garantie de tout développement durable. C’est une denrée extrêmement précieuse, laquelle quand elle vient à manquer peut tout compromettre.

La première des vertus pour toute personne normale est de s’aimer soi-même d’abord comme étant quelqu’un de très important, ensuite d’aimer les autres au même titre que soi. S’aimer tout en aimant ces compatriotes, c’est aimer indiscutablement son pays. Trois choses intimement liées qu’on ne peut dissocier sans les affecter toute au risque d’un déséquilibre interne grave. Une trilogie ambiante sans laquelle il ne saurait y avoir de développement véritable d’épanouissement vraie ; pour tout pays et surtout en voie de développement. En effet, quand on réfléchit par deux fois, comment peut-on prétendre aimer et servir loyalement son pays tout en ayant de l’aversion pour tous les autres et en excluant tous ceux qui ne sont pas de ta famille ethnique, etc. Où bien inversement ? – N’est-ce pas ce principe surréaliste longtemps expérimenté en Guinée qui serait la principale cause de notre déroute économique avec toutes ses conséquences. En vérité, qui peut affirmer le contraire en disant que la Guinée ne se porte pas bien.

Quand on sait pertinemment que les Guinéens sont désunis ;

Quand on assiste à tout moment à des manifestations aux allures insurrectionnelles avec des scènes de pillages inqualifiables

Quand on assiste à des scènes de déménagements forcés et en vrac des populations d’un quartier en proie à la violence gratuite pour d’autres quartiers à cause de son ethnie ou de ses opinions politiques, etc…

Qui peut nier qu’il arrive souvent et très souvent des moments où le doute entre toi et moi entre tel et tel autre où le doute et la méfiance s’installe brusquement au point de nous haïr sans raison ou certains zélés s’entretuent à coup de pierre et de gourdins, sans raison. En acceptant de regarder la vérité en face n’as-tu pas remarqué mon très cher qu’après ces moments de folies meurtrières – quand tout semble revenir à la normale-que toi et moi nous ressentions de la gêne en se revoyant. On renoue tout, mais sans jamais aborder ce sujet préoccupant parce que dégradant et honteux, ou l’incompréhension se mêle à la panique.

La grande question est celle-ci :

Comment peut-on se développer dans de telle situation ?

Tous les pays qui se sont développes partout et autour de nous l’ont été grâce à ses fils dont l’amour pour leur pays est sans équivoque. Et pourtant, dans ce tumulte une voix s’élève toujours pour dire que les morceaux brisés de notre rêve peuvent être recollés et tout est possible pour peu qu’on se reconvertisse. Se reconvertir d’abord en se donnant les mains au-delà des clivages afin de brandir très haut l’amour de la Guinée. Et sera alors en ce moment précis que nous recommencerons à nous aimer et à nous découvrir comme frères et sœurs de même sang allaités au même sein donc condamnés à vivre ensemble. Voilà le miracle guinéen tout court.

 

 

98932 Visite Totale 983 Visite Aujourd\'hui

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protected by WP Anti Spam