L’Edito de Marco Ibrahim/La presse Guinéenne et l’affaire Sextape.

Votre hebdo revient dans les kiosques avec un sujet qui défraie la chronique en Guinée. L’affaire Sextape qui heurte la morale publique dans notre pays et attire l’attention de plus d’un, est entrain de connaitre, certainement une autre tournure.

Révélation, tentative de chantage, diffamation et  comparutions sont les mots clefs de cette affaire qui va, désormais, rentrer dans le jargon des journalistes Guinéens. Parce qu’ils semblent être les plu intéressés par ce qu’il se passe.

En effet, l’ensemble de la presse Guinéenne a, encore, une fois, observé, la mort dans l’âme, pour les professionnels, la tentative de chantage et de diffamation dont Thierno Bah, ancien journaliste, est accusé par Kerfalla Camara KPC le patron du Groupe Guicopres.

A la lecture des mails échangés entre Thierno Bah et KPC tous ceux qui avaient un doute ont compris de quoi s’agit-il.

Certains médias par devoir, se sont intéressés au sujet et d’autres-plus nombreux-préfèrent ne pas en parler tellement l’affaire est répugnante.

D’autres, à travers la comparution de deux filles dans l’affaire de sextape de Makhou et Nouha relayeront le procès pour des raisons d’informations.

En tous les cas, le plus important reste la législation en l’espèce. Même nous (journalistes) avons failli dans le traitement de l’information. La passion  a pris le dessus sur la raison ce qui est du reste compréhensible.

La comparution des deux filles avec pour chefs d’accusation, outrage à la pudeur attentat à la vie privée, diffusion et mise à la disposition d’autrui de données personnelles de nature à troubler l’ordre et la sécurité publique ou porter atteinte à la dignité par le biais d’un système informatique montrent à suffisance qu’on ne connait pas la loi sur le sujet.

En tous les cas,  l’on retiendra de ce procès en cours que celui qui diffuse la vidéo privée d’autrui peut se retrouver devant un tribunal pour y être jugé. Ça relève de la vie privée.

Aussi, le procès à venir entre KPC et Thierno Bah enseignera beaucoup de nos compatriotes sur comment ça se passe dans ce genre d’informations.

La presse Guinéenne pour sa crédibilité doit combattre en son sein des pratiques de nature à ternir son image. Nous, on s’inscrit dans ce combat pour redonner plus de crédit à corporation.

Marco Ibrahim

156978 Visite Totale 1 Visite Aujourd\'hui

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protected by WP Anti Spam